Sortie bateau avec Maxime

Publié le par jolec

Petite sortie avec Maxime les 26, 27 et 28 août 2009

26/08/2009
 Problème dès le départ, démarrage du moteur ok, largage des bouts de mouillage et plus de puissance lors de l'accélération, sous un vent soutenu, nous commençons à dériver. Je décide de jeter l'ancre, malheureusement cette dernière n'accroche pas, nous continuons à dériver dangereusement vers le chenal d'entrée de l'écluse. Maxime dans un geste précis parvient à crocheter la bouée latérale tribord du chenal. Ouf on l'a échappé belle de se voir échoué sur la rive. Maintenant il s'agit de se dégager de là, car nous sommes dans le chenal, ce que certains plaisanciers n'oublient pas de nous faire savoir, plutôt que de proposer leur aide(car pressés de prendre l'écluse) sinon que de prévenir de notre situation car bien entendu personne ne réponds à la VHF. Nous restons bloqués environ 2 heures, lorsqu'enfin un plaisancier s'apitoie sur notre sort. Il nous ramène au mouillage, et maintenant nous avons le temps de voir le problème plus sereinement. Quelle bonne idée qu'a eu Camoël nautic d'afficher son n° de téléphone en gros sur la toiture, j'ai donc appelé afin d'avoir un technicien. Au final lorsque le mécanicien est arrivé, 1ère question: depuis combien de temps le bateau se trouve t-il au mouillage sans bouger ?  2 mois . Pas la peine d'intervenir, me dit-il, vous n'avez plus qu'à plonger et gratter votre hélice. Ce qui a été fait de suite, et là c'est reparti, en effet l'hélice était chargée d'environ 1cm de coquillage. Bonne leçon à retenir.La soirée est bien avançée, cette première journée se termine quand même bien. Nous passons la nuit au quai à l'entrée de l'écluse pour un départ vers la mer le lendemain matin.

27/08/2009
Départ de l'écluse d'Arzal vers la Turballe. Navigation sans problème, jusqu'à ce que Maxime descende dans le carré, bref , petite nausée perdurant jusqu'à la Turballe. Une bonne baignade, quelques plongeons du haut du quai, une bonne douche, un bon repas et plus rien ne paraît.

28/08/2009
Départ à 7 h 40 sous un vent soutenu et de face en sortant du port, et là le mousaillon s'est déjà amariné, car malgrés quelques vagues qui nous arrosent , avec des creux de 2 m, il ne bronche pas . Au virement de bord à la Bayonnelle, je lui confis la barre sous une allure de près bon plein . Après 2 ou 3 départ au lof, il a bien géré l'affaire. C'est le métier qui rentre. Remontée de la Vilaine sous voiles.Retour au mouillage sans problème. Et voilà c'est terminé pour cette fois.






Publié dans Voile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article